Haïti, téléphone maison

Thionville, le 19/02/2010

Ça se passe au lycée Hélène-Boucher. Les acteurs sont jeunes et la cause lointaine. Haïti n’en finit plus d’émouvoir et les images de l’île ravagée par le récent séisme ont bouleversé – entre autres – les terminales S3. Ils se sont donc retroussés les manches, à leur niveau et avec leurs moyens. Sans complexe. Ils ont jeté leur dévolu sur le forum des études supérieures, qui se tenait à Hélène-Boucher, pour passer à l’action.

Les ados ont quadrillé l’établissement, appareil photo en poche. But du jeu : aborder chaque personne et proposer de lui tirer le portrait moyennant un don symbolique d’un euro. « D’autres établissements ont accepté de jouer le jeu, notamment dans le domaine médical. Des photos y seront prises également, » explique Marion Charton, cheville ouvrière du projet. Tous les clichés seront ensuite exposés le samedi 6 mars, à l’occasion de la journée portes ouvertes organisée à Hélène-Boucher. Les S3 ont prévu de recueillir 500 portraits. Peut-être un peu moins. « En effet, les gens donnent facilement un euro, mais ils rechignent parfois à se laisser prendre en photo » poursuit Margot Hubert.

A dix-huit à peine, pas toujours évident de monter une telle action. Il y a les cours, qui continuent et avec lesquels il faut jongler. Il y a les autorisations à demander, leurs copains pris en photo étant forcément mineurs comme eux, la plupart du temps. Pour cela, l’APELCA, association de parents d’élèves, s’est adossée à l’action des jeunes. Elle prend notamment en charge tous les aspects techniques liés à la démarche. « Par exemple, l’APELCA a ouvert un compte pour recueillir les dons. L’argent ne se promène pas dans la nature. C’est rassurant pour tout le monde » précise sa présidente Nadya Dengel. Reste à savoir quoi faire de ces dons. « On a entendu que l’université de Poitiers avait décidé d’accueillir des étudiants haïtiens qui n’ont plus les moyens d’étudier chez eux. Ce serait intéressant de les soutenir financièrement. » Promis, si cette option est retenue, les S3 iront eux-mêmes remettre le chèque à l’université de Poitiers. Histoire, de montrer, s’il était encore besoin, qu’ils savent s’émouvoir et s’engager. Le message est passé.

http://www.lasemaine.fr/2010/02/19/les-solidarites-sactivent-a-thionville

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :